Les ovnis, secrets, mystères et réalités Index du Forum Les ovnis, secrets, mystères et réalités
tout ce que l on peux savoir sur les OVNIS , du monde extra-terrestre et paranormal, le 21/12/2012 etc .......
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Ce que vous pourrez voir sur le forum 
.....Bonjour Invité sur le forum OVNIS mystères,secrets et réalités..... tout ce que l'on peux savoir sur les OVNIS et du monde extra-terrestre ..... phénomènes paranormaux & surnaturel.....le 21/12/2012.....le triangle des Bermudes.....toute la vérité sur le 11 septembre 2001.....les infos du forum.....témoignages.....documents vidéos.....ETC.....MISE A JOUR TOUT LES JOURS.....si vous n'êtes pas encore membre, inscrivez-vous pour avoir l'accès à tout le forum.....merci.....
Archives 1

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les ovnis, secrets, mystères et réalités Index du Forum ->
Vidéos & témoignages
-> Archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
webmaster
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 490
Localisation: Dison ( Belgique )
Masculin Sagittaire (22nov-21déc)
Point(s): 675
Moyenne de points: 1,38

MessagePosté le: Mar 16 Sep - 12:41 (2008)    Sujet du message: Archives 1 Répondre en citant

1

CHARLES,

UN "CONTACTÉ" DE HAUTE VOLÉE ....

Rédaction mise en forme par Gérard Deforge, documentation originale fournie par Charles P. et Georges Metz, à partir d’articles parus dans LDLN. Ce qui suit se veut être une compilation (incomplète hélas !) des témoignages de Charles. A noter que cet homme a aussi une expérience dans le domaine du paranormal, expérience au sujet de laquelle il désire garder, pour l’instant, une réserve certaine.

Charles est un homme d’une soixantaine d’années avec lequel je partage une amitié sincère bien que récente. Ses expériences, ses dons, font de cet ami un être tout à fait à part. De ceux que l’on peut classer sans aucun doute dans la catégorie des « contactés ».

D’abord, ses « expériences » ont été répétitives. Elles ont débuté depuis l’enfance. Elles ont jalonné sa vie, tels les petits cailloux du Petit Poucet. Elles ont pris des aspects différents. Les formes de communication qu’il a entretenues avec « le phénomène » lui paraissent relativement banales, à son niveau. Une règle d’or s’est imposée à lui comme à d’autres grands témoins, assurément bien « ciblés » par ces sortes d’intelligences qui nous sont encore inconnues, tel « Roro », dont le cas demeure encore relativement amputé de certaines informations importantes, aux yeux des plus avertis.

Cette règle d’or, ils l’ont ainsi énoncée :

 « A certains moments de notre vie très particulière, ne pas chercher à en savoir plus que  ce que l’ « on » veut bien nous communiquer, et obéir aux injonctions qui nous sont données, en particulier au sujet  du droit à divulguer  ».

 Et quand ces grands témoins s’expriment, c’est qu’ils considèrent qu’ils en ont reçu l’autorisation…

G.D.

Charles a accepté de nous livrer des bribes de ses différentes expériences.

Le tout sera validé par Charles, avant toute forme de communication extérieure, acceptée par le témoin.

Voici les histoires de Charles, voici ses témoignages…

(Validation effectuée le 30 novembre 2007)

 

ENFANT 7/8 ANS, (1954, probablement, voir ci-dessous)

Lieu : Bézancourt; hameau de La Héronde, (76)

C’est de mémoire que j’écris ces lignes (28-02-2006).

CE FAIT EST TRÈS IMPORTANT : C’est le  début de mes souvenirs ufologiques.

Un soir d’automne, à la nuit tombante, je jouais à la balançoire avec un de mes camarades d’école, JOEL C. , il devait avoir un an de plus que moi. Nous étions chez ses grands- parents (tous deux avons été élevés chez nos grands-parents respectifs. ( Une remarque de Charles, à ce sujet : il lui semble que beaucoup de « témoins »  ont été élevés en dehors de leur famille naturelle, ou bien ont eu une enfance particulièrement perturbée par leur environnement éducatif… idée à creuser… ). Nous étions donc chez son grand-père Mr H. . Au-dessus de la plaine, devant nous, nous avons vu cette chose magnifique: LE CHARIOT DE FEU . Aujourd’hui je dis un cigare, mais, pour moi, ce sera toujours le chariot de feu : c’était de forme oblongue. Ce ‘’cigare’’ était très lumineux, de toute beauté, comme s’il se trouvait dans un ‘’feu ‘’. Assez bas : altitude d’environ 200/250m. Il demeurait à une distance constante par rapport à nous. Il avançait par déplacements irréguliers. Il stationnait dans le ciel (et oui), nous nous sentions observés. Nous avons arrêté de jouer et étions les yeux collés à cette chose magnifique. Quand elle avançait, une grande gerbe de feu sortait de l’arrière, avec plein d’étincelles.

Le ‘’cigare ‘’ a arrêté, oui je dis bien ARRÊTÉ plusieurs fois et est reparti autant de fois avec le même phénomène, il crachait du feu lors de ses déplacements. Je me souviens : le ciel était dégagé et il faisait assez frais. Je me vois encore à la balançoire ce jour, je m’en rappellerai toute ma vie, c’était magnifique.

La chose était longue, très longue, la longueur du majeur à bout de bras peut-être.

En rentrant à la maison, j’en ai parlé à mon grand-père et il m’a répondu ‘’ ça, c’est encore une des Russes ‘’, je ne sais pourquoi mais je me souviens textuellement de sa réponse. J’ai mis cette réponse dans ma poche et l’affaire était close. Mais j’ai toujours pensé à cette observation.

Je suis né en 1946,donc cela a dû se passer en 1954 (1954 vague d’ OVNIS), on commençait à parler des ‘’Martiens’’.

Au bout d’une période assez longue, plusieurs minutes, 15/20 peut-être, la chose est partie à une vitesse fulgurante dans une grande gerbe de FEU.

En 1984, j’ai voulu retrouver ce copain avec lequel j’avais partagé ce moment: il s’est suicidé d’un coup de fusil, il est enseveli à Songeons (Oise) .

1976 :  Le ‘’BUISSON ARDENT ‘’

Un soir, au mois de septembre ou octobre, (vers 23 h), accompagné d’un garçon de 15 ans, nous revenions de Quiberville sur Mer.

J’aperçus au loin, posé sur le sol, dans une plaine, un objet très étrange. J’avais la conviction d’être en présence d’un OVNI, même d’un engin extraterrestre.

Au loin à 1 km. Je me suis dit que peut-être les cultivateurs travaillaient bien tard ce soir là, la moisson étant terminée. En me rapprochant, la lumière était si intense, je pensais qu’un tracteur était en feu .

Mais non, rien de tout cela. Dés que je fus à 300 ou 400 m de l’engin, une sensation de paralysie montait en moi, et plus j’approchais, plus j’étais pétrifié. Impossible de dire un mot à mon passager. Impossible de remuer, ne serait-ce que le petit doigt.

Mes mains étaient posées sur le volant, comme soudées, impossible de ralentir ou d’accélérer.

Heureusement, j’étais en ligne droite, sinon j’aurais été bien incapable de tourner le volant.

En passant devant ‘’l’engin’’, j’ai vu comme une grosse ‘’soucoupe’’ de 8 à10 m de diamètre, posée sur le sol. ( 20 ans plus tard ,le commandant J. G. m’a dit que mon estimation est juste ).

L’objet était tellement éclairé que je ne pouvais pas distinguer la matière. Des lumières orange, avec par endroit des reflets bleuâtres. A ces endroits, je pensais voir des formes de hublots. Bien que les lumières jaillissent de toute la matière de l’engin, aucun endroit autour n’était éclairé.

En passant devant cette chose, je n’avais qu’une pensée, d’ailleurs, ce n’était pas une pensée, c’était une voix  qui me parlait  mentalement et avec insistance ; «ce sont des extraterrestres.»

Je cherchais à voir quelqu’un, car j’étais paralysé mais conscient. (Je le croyais ). Dès que j’eus quitté la zone de l’engin, une sensation de liberté se faisait en moi, je me sentais de plus en plus libre au fur et à mesure que je m’éloignais. Je ressentais le phénomène inverse que quand je m’en étais approché.

Par contre, je n’avais pas retrouvé la parole. J’avais reçu l’interdiction d’en parler à qui que ce soit. Je suis rentré chez moi sans pouvoir dire un mot à mon passager.

Quelques kilomètres plus loin, je voulus faire demi-tour, ayant retrouvé ma liberté de mouvement, je voulais revenir, voir de plus près.

Impossible! Une force en moi m’en empêchait, comme elle m’empêchait de parler à mon compagnon de route .

Une fois arrivé à la maison, j’étais encore sous le coup du choc. J’ai déchargé ma voiture (nous revenions de cueillir des moules).

Je suis rentré à la maison. J’ai offert un pot au jeune homme. J’avais retrouvé la parole. Je discutais avec mon épouse. Je voulais lui dire ce que j’avais vu, mais il y avait toujours cette force surnaturelle qui m’en empêchait. Sur le plan de l’écoulement du temps, une durée aussi longue de mon absence, ce jour-là, me semble incompréhensible.

Quelque chose me disait: « tais-toi », et je pensais : « ce sont des extraterrestres; ce sont des extraterrestres ….. »

Je me suis mis à table, j’ai mangé, je n’avais pas très faim. A la fin du repas, je suis allé me coucher. Je n’ai pas fait une nuit agitée, mais je pensais toujours aux extraterrestres, bien plus qu’à l’engin lui-même. J’avais eu l’impression d’avoir reçu un message .

Le lendemain matin, j’en ai parlé à mon épouse et je n’avais plus aucune sensation. Mais pendant 3 ou 4 jours, je pensais sans cesse à mes visiteurs, car j’avais la certitude qu’il y avait du monde à l’intérieur de l’engin.

Bien souvent je me suis demandé pourquoi j’avais eu cette impression de passagers à l’intérieur de cette ‘’ chose ‘’, alors que je n’ai vu personne. Le mystère demeure toujours et pourtant, je cherche.

L’engin avait une hauteur de 2m environ, mais peut-être plus.

Ce récit date de 1984, pendant tout ce temps, il m’était interdit d’en parler, « sauf à mon épouse ».

LA SUITE EST INTÉRESSANTE, elle apporte beaucoup de précisions .

Le jeudi 22 février 1996, en compagnie du Cdt J.G., je me suis rendu à Paris chez Dany Dan faire une régression hypnotique. Voici ce que j’ai écrit le lendemain. Le récit de la régression, je laisse le soin à Mr G. d’en faire le compte rendu.

VENDREDI 23 FÉVRIER 1996

Hier, jeudi 22, je suis allé chez Dany Dan, accompagné du Cdt. J.G., faire une régression hypnotique.

Malgré le mauvais temps et le sujet que j’allais aborder, aucun problème particulier n’est venu contrarier mon rendez-vous. Bien au contraire, j’ai plutôt été surpris de ‘’tomber ‘’ directement dans la rue de Dany Dan, rue saint Fargeau, et d’y trouver ce dont j’avais besoin (parking, cabine téléphonique, ainsi que le cabinet de Dany Dan ) .

En entrant dans l’immeuble, je n’ai ressenti aucune animosité, aucun rejet. Malgré cela, j’étais assez nerveux, tendu. Et pourtant je voulais me conditionner afin d’ouvrir ‘’ma porte ‘’ à mon praticien. Je pense que c’était la crainte de tout rater, de rester fermer sur moi-même.

Malgré une mise en condition assez difficile, j’ai réussi, ou Dany Dan a réussi à me laisser aller.

Ce que j’ai dit lorsque que j’étais en transe me parait crédible, mais je ne peux en certifier la véracité. Je n’ai pas vécu cette expérience avec conscience. Ce qui m’étonna, c’est l’événement que je restituais, daté de 1970. A cette époque, je n’avais pas 17 ou18 ans, mais 24 ans. J’étais marié. Nous habitions à Petit-Quevilly (76), banlieue proche de Rouen, où j’étais directeur de magasin. Je ne pouvais pas être dans ma chambre chez ma grand- mère. De plus, ma grand-mère est décédée cette année là. Je reconnais la chambre et la fenêtre, mais l’époque ne colle pas.

Si je remonte à mes 17 ou 18 ans (1963-1964), je n’ai aucun souvenir concernant le sujet.

Quand j’ai dit à Dany Dan que c’était terminé, je commençais à me réveiller, peut-être ne fallait-il pas aller plus loin, peut-être en avais-je assez, je n’en sais rien. Le réveil a été clair et net, je n’ai ressenti aucune gêne, aucun malaise, c’était terminé. Réaction qui a fortement surpris Dany Dan et J.G.

DEUX EFFETS BIZARRES

Pendant que Dany Dan me demandait ce que je faisais avec mes ‘’visiteurs ‘’, je lui répondais que j’étais bien, qu’ils étaient gentils, Dany Dan, par ses questions, me gênait. je discutais avec ces êtres, je leur parlais. Ils me parlaient, et cela dans la plus grande sympathie, comme si je les connaissais depuis très longtemps. J’ai dit à plusieurs reprises qu’ils étaient gentils, c’est mon intime conviction. Mes visiteurs ne me sont pas hostiles, je sais qu’il en existe des mauvais, mais pas ceux-là. Pourquoi ai-je toujours pensé cela ? je ne sais pas.

La deuxième chose, c’est quand J.G. est venu à côté de moi sur le canapé. j’avais l’impression de voir son aura, d’une couleur jaune–orange pâle et J.G. m’a paru comme étant un « ennemi », ( !) , c’est la raison pour laquelle j’ai eu un ton accusateur envers lui, et pourtant, sorti du contexte, je n’ai aucune animosité envers J.G. Mais peut-être était-il reconnu comme un « ennemi », par ou pour mes visiteurs ?

Le matin, en arrivant à Saint-Valéry-en-Caux, je l’ai appelé au téléphone pour lui dire ces deux évènements. A ce moment, je « pouvais » le faire, mais pas la veille. Pourquoi ? J’ai demandé à J.G. de ne pas m’en vouloir, mais j’ai toujours dit la vérité, et même si dans le monde ou nous vivons, la vérité n’est pas toujours bonne à dire, que ce n’est pas considéré comme une grande vertu, je ne changerai pas. Être franc et honnête ne m’a jamais rien rapporté, ce n’est pas grave! Je suis « moi-même » et je tiens à le rester. Je suis entré chez Dany Dan en espérant trouver une réponse à mes questions, je suis sorti en m’en en posant encore plus.

QUE ME VEULENT-ILS ? QUELS SONT MES RAPPORTS AVEC EUX ? QUE POUVONS NOUS NOUS DIRE ? Mais là, Dany Dan a peut-être « loupé » le coche… .La lumière n’est pas faite, les zones d’ombres se prolongent.

Le soir, j’ai dormi chez ma fille S. à la Garenne–Colombes, j’ai passé une nuit tout à fait normale et j’aurai été capable de rentrer chez moi aussitôt la séance terminée.

Je ne savais ce qui pourrait se passer dans les jours à venir, mais depuis je suis prêt à recommencer. La mise en condition serait beaucoup plus facile.

Si je peux arriver à savoir ce qu’ils attendent de moi, si je peux savoir qui je suis, il n’y a pas de raison d’arrêter de fouiller plus loin et si cela peut servir au monde….

27 FÉVRIER 1996

Cher monsieur G., mon commandant.

C’est terminé , « je suis débranché » .

Comme je sais que vous allez partir en vacances et que vous n’êtes pas un homme à prendre des vacances oisives, je me suis empressé de vous envoyer mon rapport, suite à ma régression .

Je vous l’avais dit jeudi soir, tout devait bien se passer . D’après Dany Dan, et vous-même m’aviez dit  que j’aurais dû  souffrir de cette séance… Tout comme mon réveil, cela s’est très bien passé, je ne suis peut-être pas un homme normal… Moi je ne trouve pas, mais je vous laisse seul juge. Peu importe, car le chemin est encore long.

Par contre, je sais qu’à partir de ces lignes ,’’ j’ai perdu un ennemi ‘’ .

J’espère que j’aurai encore le plaisir de vous rencontrer. Vous avez pu vous en rendre compte, le « sujet » ne me fait pas peur, bien au contraire. Je crains plus les hommes que mes visiteurs.

Je vous avais dit que quelles que soient les révélations, je ne les craignais pas. Je peux encore aller beaucoup plus loin. Le phénomène est facile à comprendre pour moi, mais pour les autres, il faudra certainement beaucoup de temps. Rien n’est vrai, rien n’est faux. Là, je parle des philosophies humaines.

Ce que j’ai vu, ce que je n’ai pas dit, Dany Dan ne m’en a pas donné l’occasion, il ne m’a peut-être pas formulé les bonnes questions. Je n’ai pas vu grand-chose, mais si cela peut servir à d’autres témoins et à Dany Dan, peut-être que nous pourrions progresser dans la recherche.

L’être qui m’a accueilli dans la lumière était sombre, plutôt noir, comme s’il était habillé d’une combinaison, de la tête au pied. Il était de proportion humaine, bras, jambes, corps , mais je n’ai pu voir ses membres, mains …. etc., à cause de cette combinaison. Je me souviens des jambes, mais pas des pieds. D’ailleurs, je ne lui regardai pas les pieds, mais bien de face, je n’avais aucune crainte. La tête semblait de proportion normale, sauf que les oreilles étaient grandes. Elles arrivaient à hauteur du sommet du crâne environ, elles étaient fines et pointues, noires comme le corps, comme si la combinaison avait des oreilles .

Ses yeux noirs semblaient être fixes, perçants, mais pas inquiétants. Cet être semblait être au service des autres. Je suis entré dans une sorte de couloir, pièce pas très large, ni longue , les parois semblaient métallisées, comme du fer blanc, parois nues, concaves.

Au milieu de cette pièce il y avait une ‘’table d’opération’’, table dont je ne peux définir la composition. Je n’ai pas fait attention. J’étais attendu par 3 êtres qui se trouvaient à gauche, le quatrième se trouvait à droite et m’a semblé être le chef. Il a dû entrer en même temps que moi, sauf que lui devait venir d’une autre pièce à droite. On aurait cru un chirurgien avec ses assistants. Ils étaient complaisants. A aucun moment, je n’ai été bousculé, c’est Dany Dan qui me bousculait: il allait plus vite que le ‘’scénario ‘’.

Ces quatre êtres étaient habillés d’une blouse ou d’une combinaison bleu clair, tirant sur le vert, portant ceinture de même couleur. Leur masque ressemblait tout à fait aux masques des chirurgiens dans nos hôpitaux. Ces êtres étaient de même taille que le premier, de ma taille environ, plus minces  que moi ( je pesais 70kg à l’époque) ,ils ne devaient pas porter « de sac de patates » , sauf qu’ils n’avaient pas d’oreilles apparentes . Au bout de la seringue, il n’y avait pas d’aiguille comme j’ai cru le voir au début, mais un tube qu’on m’a enfoncé dans la jambe. Pendant toute cette opération, je me suis laissé faire, je ne me souviens pas d’avoir eu la moindre crainte ou de ressentir la moindre douleur.

J’ai eu l’impression de venir dans cette salle comme si j’ allais chez mon docteur, comme si j’en avais l’habitude et que je les connaissais.

J’ai longuement ‘’parlé ‘’ avec ces êtres, comme si je les connaissais, mais je ne peux pas dire si notre conversation était « orale », c’est certain : je communiquais avec eux. Comment ? QU’AVONS-NOUS PU NOUS DIRE ???, le mystère demeure.

En revenant à la voiture, j’ai vu Yvon, la tête baissée, comme s’il dormait. Je me souviens des clefs sur le naiman, mais pas d’avoir démarré la voiture et de repartir.

‘’LE FILM S’EST ARRÊTÉ LA ‘’

Bien entendu, je n’affirme rien, c’est ce que j’ai vu sous hypnose, je veux rester prudent, le délire serait mon pire ennemi.

PS . Quand Dany Dan m’a demandé « quand ils allaient arriver » , je lui ai dit qu’ils étaient en route. A ce moment j’ai vu une formation d’ OVNIS , mais elle était encore très loin, elle ne semblait pas pressée d’arriver.

Lorsque mes visiteurs, par la fenêtre de ma chambre ( j’avais peut-être 7/8ans ) m’ont donné ce ‘’BONBON ‘’, en l’avalant, j’ai senti que c’était une pastille métallique. ‘’

Révélation faite à Dany Dan ‘’

Saint Etienne du Rouvray (76)

DIMANCHE 15 AVRIL 1984

Les Rameaux

Pleine lune le 15 - 4 à 19h11

Ce soir, dimanche des Rameaux, je scrutais le ciel et plus particulièrement  la lune.

Les rideaux de la chambre entr’ouverts. De mon lit, je regardais la pleine lune avec mes jumelles. Par moment, il me semblait voir un peu à gauche de la lune et en dessous, des lueurs comme des signaux lumineux. La lune se trouvait au SUD-OUEST .

En début de nuit, il y avait quelques nuages, mais après le ciel était dégagé. Voyant ces lueurs clignoter, je me suis levé car étant « branché » sur les ovnis, je devais essayer de voir quelque chose.

Depuis le début de la soirée, j’avais le sentiment que je verrai quelque chose, mais il n’y avait rien d’anormal à cela puisque tous les soirs, j’étais en attente.

Dans la direction de ces ‘’clignotants ‘’, je me suis concentré, j’ai fermé les yeux et j’essayais de communiquer par transmission de pensée avec mes visiteurs, s’ils étaient là. Dans ma tête, je voyais comme une soucoupe volante, je m’acharnais à me concentrer encore davantage.

Est-ce le hasard ? ou si,  vraiment, mon message était reçu ? Toujours est-il qu’à minuit pile, pas une minute avant , pas une minute après, j’aperçus dans le ciel, venant d’OUEST, et se dirigeant vers l’EST, un fuseau d’une vingtaine de centimètres de long et d’une dizaine de hauteur, de couleur jaune pâle, suivi d’une traîne de 3 à 4 m, de couleur blanche, passer à une vitesse réduite, moins vite qu’un avion, aucun bruit .

Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un avion car il n’y avait aucun feu clignotant, aucune lumière rouge. La couleur de l’ovni était constante. J’ai suivi l’objet jusqu'à ce qu’il soit masqué par le mur de la tour d’en face.

J’ai réveillé mon épouse pour lui dire que j’allais dehors car j’avais vu un ovni. Je me suis donc habillé et je suis sorti. Je suis allé jusqu’au centre commercial, mais je n’ai plus rien vu. A minuit quarante, je suis revenu à l’appartement et j’ai écrit ces lignes aussitôt.

UN MATIN , PRINTEMPS 1995 .

Un matin, au printemps 1995, en faisant ma toilette et en me lavant les dents, j’ai ressenti un picotement sur la langue.

Je regarde et, à ma grande stupéfaction, je vois un trou au fond de ma langue, une plaie cicatrisée, comme si elle l’avait été par cautérisation, comme sur les animaux.

Le dentifrice ne tenait pas à cet endroit, qui restait rose et le reste encore, 12 ans après (mars 2007). La plaie est encore visible, (DOC 1) atténuée, mais toujours là.

Ce qui est également troublant, c’est que la marque en forme de cœur ressemble à celles des pierres tombées dans la cour, la même année (DOC 2 ; 3 ; 4 et 5)

J’ai appelé mon fils Christophe: il était en permission, en tant que militaire de carrière. Je voulais qu’il voit ce qui m’était arrivé. J’ai vu mon fils blêmir alors qu’il était habitué à bien d’autres choses, mais là, c’était son père qui était touché.

(Des photos ont été prises par Georges Metz, lors des premières rencontres Européenne de Châlons en Champagne le 15/10/2005, et par Gérard Deforge, pour les « pierres tombées du ciel » ) .

 

(Note de G.D.: Charles m’a donc donné quelques précisions sur ces pierres tombées du ciel. Charles habite une belle demeure à ST. Valéry. Derrière la maison se trouve un terrain bordé d’une haie vive. Un jour, alors que Charles tondait son gazon, une pierre, entraînée par la lame de la tondeuse, vola dans les airs et retomba sur le gazon. Ce qui attira de suite l’attention de Charles, c’est que cette pierre avait une forme extrêmement régulière et n’avait pas été même ébréchée par le couteau de la tondeuse. Charles, ayant ramassé l’objet, parfaitement sphérique, très intrigué, abandonna sur le champ sa tondeuse, commença une exploration minutieuse de son terrain.(DOC 6). Il découvrit, disposées en cercle, un certain nombre de ces pierres, toutes aussi belles et intactes, d’une surface totalement lisse, avec des sortes d’incrustations différentes les unes et les autres, parfaitement originales et assurément inhabituelles.

Ce qui sembla extraordinaire à Charles, et nous l’aurions été certainement bien plus que lui, c’est que l’une de ces pierres rondes fut trouvée à un mètre environ du sol, « assise » sur la fourche branchue d’un arbrisseau (thuya) de sa haie.(DOC 7). Donc la pierre était manifestement venue " d’en haut ". La propriété de Charles étant soigneusement protégée par ses clôtures, il était impensable que ces objets aient été rapportés de la rue par une main étrangère.

Charles eut l’opportunité de confier l’analyse de certains échantillons de ses pierres à un laboratoire, par l’intermédiaire de l’UEC (UEC - Union Européenne de Chercheurs pour le Droit de Savoir), ainsi qu’à un Laboratoire de Géologie sous-marine. Ces deux laboratoires conclurent qu’ils ne pouvaient déterminer la nature de ces minéraux ! L’une de ses pierres ne lui fut pas rendue, elle aurait été égarée. Cependant, quelle ne fut pas la surprise de Charles lorsque Jacques PATENET présenta sur FR3 quelques échantillons d’objet trouvés lors d’enquêtes sur les ovnis, parmi lesquels il fut certain d’avoir reconnu…sa fameuse pierre ronde qui avait été « égarée »…

 

COMMUNAUTÉ   EUROPÉENNE

UNION EUROPÉENNE DE CHERCHEURS POUR LE DROIT DE SAVOIR

17, ALLÉE DES LAVANDES LES HAMEAUX DU SOLEIL (53270 VILLEREUVE-LOUBET)

(DEVISE DE L'U.E.C: Ne jamais rien croire à l'aveuglette au risque d'être fréquemment frustré, ne rien repousser d'emblée, commencer par douter pour ensuite enquêter, et là peut-être découvrir la vérité sous l'apparence de  maints émerveillements.)

Cher adhérent à l'Union,

L'Union Européenne de Chercheurs pour le Droit de Savoir a bien reçu votre lettre du 24 Juillet dernier, accompagnée d'une boîte plastique, dont l'intérieur contenait une pierre arrondie de teinte ivoire (souligné par G.D.) tombée dans votre jardin. Cette pierre, passée à la loupe recèle des marques gravées en forme de croissant simple ou double, comme deux ailes d'oiseaux. Le pourtour est parsemé d'une croûte jaunâtre, qui une fois grattée, donne à la poudre obtenue, une effluve rappelant l'intérieur d'une chambre de moteur électrique. Ce caillou, de la grosseur d'une agate, n'est pas commun, il est excessivement poli, comme un objet d'antiquité ayant supporté plusieurs siècles. Autre particularité, nous avons demandé à notre photographe de réaliser quelques clichés agrandis pour essayer de décrypter si possible le symbolisme, s'il existe.

Au développement de la pellicule, la couleur blanche a viré au bleu vert émeraude !! (souligné par G.D.) Est-ce une erreur de prise de vue, ou cette pierre émet-elle des radiations ? Nous le saurons après avoir effectué un second tirage. Pour continuer l'expertise, nous envisageons de la présenter à un laboratoire d'étude minéralogique. Combien de pierres analogues non par la forme mais par l'aspect avez-vous ramassé ? Sont-elles aussi bien polies, et ont-elles cette légère croûte jaunâtre saupoudrée sur la périphérie ?……………………………………….


                           
1986

DE FORGES LES EAUX A PIERREVAL

DATE :vendredi 4 avril 1986

HEURE : Entre 21h35 et 23h 30

MÉTÉO : 4 degrés –temps dégagé

Ciel très étoilé (information du Centre de la météorologie nationale à BOOS) .

TEMOINS :Deux membres du groupe LDLN de Seine Maritime .

CHRONOLOGIE DES ÉVÉNEMENTS :

( LE RÉCIT EST EFFECTUE PAR LUC JEAN ) délégué régional Seine Maritime .

21H45 : Le vendredi 4 avril, je regardais la télévision lorsque le téléphone sonne. Un ami Ufologue de notre groupe, CHARLES, habitant FORGES LES EAUX, m’annonce qu’avec sa femme, trois de ses enfants et une amie, ils observent une forme qui oscille à basse altitude. A la jumelle, cela ressemblait à une assiette renversée avec un genre d’antenne sur le dessus.


RÉCIT DE CHARLES :

A 21h35, en fermant les volets de ma chambre, j’aperçus à hauteur des arbres une grosse boule orangée qui se balançait, descendait et remontait très lentement. Cette boule se trouvait à 242° ouest, 20à25 ° de hauteur angulaire.

Tout de suite j’ai pensé à VÉNUS, car à cette période, elle se trouvait également à l’ouest, mais plus haute. De plus, cette boule était plus grosse que notre chère planète à confusion …. J’ai donc pris mes jumelles. Au début, je ne voyais qu’une boule se balançant, mais au bout de 2 à 3 minutes, cette boule s’est penchée et là, à ma grande surprise, j’ai vu nettement une forme de ‘’soucoupe’’ : je n’aime pas employer ce terme, mais c’est exactement ce que j’ai vu, une soucoupe avec à son sommet une antenne .

J’ai donc appelé mon épouse et mes enfants pour qu’ils me disent ce qu’ils voyaient. C’était la même chose. A 21 h 45, je me suis décidé à appeler le responsable régional LDLN.

Coïncidence ? Celui-ci n’était pas étonné de mon appel, car lui aussi, à ce moment là, observait une boule dans le ciel. Nous avons pris rendez-vous pour observer ces phénomènes. Je suis parti avec mes deux fils. Pendant quelques kilomètres, j’observais cette « chose » légèrement sur ma droite, mais avant d’arriver à BUCHY, celle-ci s’est déplacée et seuls mes enfants pouvaient la voir.

Nous avons perdu la trace de l’ovni et sommes arrivés au rendez-vous fixé avec mon ami ufologue.

22H10 : Rencontre avec CHARLES et ses deux fils. Nous quittons la RN28 et nous nous enfonçons de 500 mètres dans la campagne pour être tranquille. De là, nous observons tout d’abord une toute petite boule blanche qui parcourt les airs à très basse altitude (environ 25°) sans clignoter, sans éclat, sans bruit, le tout durant une bonne minute.

Perplexes, nous redoublons d’attention et apercevons une série de flashs lumineux, blanc, de grande envergure, venant de l’autre coté de la RN28. En même temps,

nous voyons une boule rouge au-dessus d’un bosquet. Après nous être assuré que ces flashs n’émanent pas de phares de voitures  (ceux-ci sont trop petits par rapport au rayon du flash ), nous partons en direction du lieu ou se situe cette boule, traversons la nationale et nous arrêtons, feux éteints, pour attendre un nouvel éclair, et nous diriger vers lui. Celui-ci ne tarde pas, il ne semble pas loin. Nous remontons en voiture, parcourons encore 700 mètres et stoppons près d’un château d’eau .

Au bout de quelques secondes, nous apercevons un engin (c’est le mot qui convient ) assez important qui s’envole de derrière le château d’eau en prenant la direction de l’est. A la jumelle, cet engin, à peu de distance de nous ( moins de 100 mètres ), nous parait énorme, d’aspect solide, sans halo, mais habillé de 2 grosses lumières blanches à l’avant, 2 orange à l’arrière, et une sorte de gyrophare en bout, dont la luminosité augmente et diminue sans arrêt, et très lentement. Cet objet disparaît après avoir fait un angle à 180 degrés ouest, d’où a débuté l’observation, en Est, où elle s’est terminée.

Nous sommes retournés ensuite à notre premier poste d’observation. Plus rien n’a été observé, la boule rouge avait bel et bien disparu et plus aucun flash ne fut émis.

COMMENTAIRES DE CHARLES :

Nous avons noté que nous étions heureux pendant toute cette observation. En effet, ayant déjà été témoin d’un OVNI au sol avec effets physiques, j’attends avec impatience le jour où il me sera possible d’avoir un contact avec « ceux » qui dirigent ces engins...

Pour cette observation, nous n’avons ressenti aucun effet particulier. Nous nous sommes tellement préparés à un contact avec nos visiteurs que nous avons plutôt ressenti une certaine déception de n’avoir vu ‘’que cela’’.

Nous sommes retournés dès le lendemain sur les lieux. A priori, il n’y a pas eu atterrissage,  aucune trace n’ayant été trouvée dans l’immense plaine autour du château d’eau.

Nous avons laissé des affiches dans toute la région et n’avons aucun autre témoin.

Aucune anomalie magnétique n’est à signaler. D’après nos informations, aucun appareil militaire ou civil ne devait se trouver à cet endroit, au moment de l’observation.

.

ISNEAUVILLE ,le 12 juin 1986

( témoignage paru dans LDLN de l’époque )

SAINT ETIENNE DU ROUVRAY (76)

DATE :Mardi 15 novembre 1983

HEURE : A partir de 05h45

LIEU :St Etienne du Rouvray (4km banlieue sud de Rouen) ; carte Michelin°55 ,pli°6 .

CONDITION MÉTÉO: Temps froid ;

Ciel très clair, très étoilé .

PRINCIPAUX TEMOINS : Mr et Mme P. , 35ans .

RÉCIT DE L’OBSERVATION :

‘’Il était entre 5h40 et 5h45, nous allions, mon épouse et moi, prendre un café, quand j’aperçois une boule très brillante, blanche, possédant une ‘’queue ‘’ assez courte d’une couleur jaune orangée, traversant le ciel à une altitude assez basse. J’interpelle mon épouse qui observe avec moi le passage de ce phénomène. Nous l’avons suivi environ 15 secondes quand 3 points ressemblant à des étoiles de feu d’artifice s’en sont échappés. Puis tout cela s’est désintégré sans aucun bruit, sans le moindre sifflement, en une explosion avec une gerbe d’étoiles.(Cela a un certain rapport avec l’observation de M.D. - voir l’affaire  d’Haravilliers-, ……note de G.D.)) Rien n’est tombé, tout cet amas de points est resté bien compact et cela s’est éteint d’un seul coup, comme lorsque l’on éteint la lumière.

Ce n’est pas la première fois que j’aperçois une telle lumière dans cette direction. En vérifiant à la boussole, je confirme que la lumière venait de l’est et allait en ligne droite vers l’ouest. La boule allait plus vite qu’un avion type Mirage, comme on en voit parfois.  Vers 6h10, nous déchargions le camion et je regardais très souvent le ciel. Tout à coup, j’ai vu comme une étoile filante qui arrivait de l’ouest ( était-ce la même chose en sens inverse qui revenait …..) et se dirigeait vers l’est ? Elle semblait suivre une courbe sur l’horizon et se diriger vers le sol. C’était, par contre, beaucoup moins loin. Je veux préciser que le ciel était très clair, mais que, par ciel couvert, je suis sûr que j’aurai vu aussi ces phénomènes: c’était relativement à faible altitude.

OBSERVATIONS FAITES PAR D’AUTRES TEMOINS

Madame H.,de Rouen les Sapins à 5h56

Monsieur G. de Totes à 5h50

Madame L. de Darnétal à6h/6h10

Monsieur D. de Grand-Quevilly

Vu également à Vernon (27) A Eslettes (76) A Sérifontaine (60)

ENQUÊTE FAITE PAR LUC JEAN (délégué régional LDLN )

POURQUOI ?

                 Lorsque j’avais 7/8 ans ,j’ai vu’’ le chariot de feu ‘’ avec un camarade d’école :JOEL C. ;

                Suite à mon événement de 1976, j’ai voulu le retrouver, résultat : Joël s’est suicidé d’un coup de fusil .

                        JE RESTE LE SEUL TEMOIN .

               En 1976, je vois  ‘’le buisson ardent ‘’accompagné d’un jeune homme, YVON. Malgré des recherches par une radio régionale, journaux régionaux, impossible de retrouver Yvon.

                       JE RESTE LE SEUL TEMOIN .

              1991/1993, un apprenti de l’entreprise, LAURENT T. , me dit que lorsqu’il était  ado, il avait entendu  dire plusieurs fois qu’entre  Saint  Valery en Caux et Veules lès  Roses, une jeune femme avait été fauchée par une voiture  dans un virage, elle est tuée sur le coup. A plusieurs reprises, des automobilistes ont prit en charge une dame habillée en blanc qui faisait du stop. Cette dame ‘’blanche’’ montait toujours à l’arrière de la voiture sans dire un mot  et, une fois le virage effectué, la passagère disparaissait comme par enchantement. Laurent est né le 03/08/1974 .

                       LAURENT EST DECEDE  en 1997/1998, à l’âge de 23 ans.

              1987/1988 LUC JEAN, délégué régional de LDLN, n’ayant jamais rien observé d’important, se met à tourner en ridicule le phénomène OVNI et raconte des blagues sur les ‘’petits verts’’. En ma compagnie, par deux fois, il fait une observation importante. LUC  semble déboussolé. Résultat : Dans les mois qui suivent  LUC JEAN se sépare de son épouse , vend sa maison qu’il venait de faire construire et perd son travail. Il était responsable d’un centre de traitement de chèques  postaux pour la France. LUC disparaît en région parisienne. Depuis, plus de nouvelle. JOEL MESNARD, tout comme moi, perd sa trace. Les amis de LUC n’ont plus aucune nouvelle .

        1995 NOVEMBRE

           Mon épouse décède à l’âge de 48 ans, suite à un cancer. Elle avait été témoin de plusieurs phénomènes en ma compagnie. C’est elle qui, le 4 avril 1986, m’avait appelé parce qu’elle voyait une soucoupe volante face à la baie vitrée de notre appartement, à Forges les Eaux .

                Février 1996, en compagnie du commandant J. G. , je me rends à Paris faire une régression hypnotique.

              Mes enfants ont été témoins  (deux) de phénomènes avec moi, mais, vu le danger, je ne leur demanderai pas de témoigner.

          AUTOMNE /HIVER 1990

         A THEROULDEVILLE  (76) ,deux camarades aperçoivent un engin lumineux.

            5 ans après cette observation, le second témoin se tue dans un accident de voiture. Un an plus tard, pratiquement jour pour jour, l’amie de celui-ci se tue également dans un accident de voiture.

                            YOAN RESTE LE SEUL TÉMOIN

D’autres témoignages de Charles, déjà publiés dans la revue LDLN.

« Le temps était calme mais frais, le ciel dégagé.

A cette heure de la nuit, il y a un trafic important d’avions venant d ‘Angleterre, et remontant sur la Belgique ou se dirigeant vers Paris.

A 22h 40, un de ces avions semblait être suivi par deux « boules » de couleur jaune orange. Derrière l’avion, une petite boule et une plus grosse, ( environ  deux fois plus grosse), suivant la même trajectoire, du NO vers le SE. (DOC 9)

Arrivée sous « la Grande Ourse », la petite boule a disparu tout d’un coup, tandis que la plus importante est montée doucement pour s’intercaler « entre les étoiles » de cette constellation. Elle s’est stabilisée, et est restée ainsi jusqu’à notre départ. Par sa couleur et sa grosseur, elle se confondait parfaitement avec les étoiles. »

Cette boule ne bougeait absolument plus. Je l’ai regardée pendant cinq minutes et nous sommes rentrés.

Observation du 29 novembre 2005

De Grémonville à Croix-Mare

Ce jour-là, alors que je me rendais au centre commercial « Carrefour – Barentin », au nord de Rouen, j’ai vu un énorme « cigare »…/…

…J’étais seul dans ma voiture et j’aurai voulu stationner pour regarder aux jumelles, mais vu qu’il avait beaucoup plu, les accotements de la chaussée étaient détrempés. Le seul endroit où j’aurais pu stationner…était occupé par une voiture arrêtée, dont le conducteur téléphonait.

Le ciel était nuageux en altitude, mais très clair sous la couche de nuages.

Le « cigare » se déplaçait dans une partie du ciel restée bleue, à une hauteur angulaire d’environ 40 à 45°.

Cette observation s’est prolongée entre 15H 02 et 15H 08. J’écoutais Europe 1 et, à 15H 03, cette radio a annoncé l’heure. C’est pourquoi je suis certain de l’heure, et du temps d’observation.

Je circulais sur la D20 qui coupe la A29 et feue la RN 15, au nord de Rouen.

J’ai fait cette observation sur une distance d’une dizaine de Km, de Grémonville à Croix-Mare. Je suis persuadé que mon observation aurait pu commencer plus tôt et durer plus longtemps, si je n’avais pas été gêné par les arbres.

Le « cigare » était immense :4cm à BDB, 1cm environ d’épaisseur, ( j’ai pris les mesures avec mon pouce et l’index). De couleur vert-foncé, voir noir, de forme oblongue,

( un…cigare), cet objet avançait lentement, et à une vitesse régulière.

Ca ne pouvait être un nuage ou un aéronef, ni un ballon. Ayant déjà fait plusieurs observations, je suis certain de cela.

Je l’ai perdu de vue quand les arbres me l’ont caché, et je n’ai pu le retrouver.

Direction SSO, 150° environ. J’ai refait le trajet avec une boussole. Le cigare venait du NO.

Pour moi c’est une chose bien étrange. Qu’ai-je vu ? Le saurai-je un jour ?

A ce jour, ce 18/02/06, je n’ai trouvé aucun autre témoin. Cela ne me paraît pas étonnant, et c’est peut-être même tant mieux pour les personnes qui auraient pu m’accompagner…

Je peux justifier mes pensées.
  Un cas récurrent de « contacté »
  Une enquête de Georges Metz
  Témoin : Charles P.

 

En nous rendant aux Rencontres Européennes de Châlons en Champagne en octobre 2005  avec le témoin de Seine et Marne Michel G. (1 ) où nous devions retrouver sur place un témoin de choix: Robert  l,(2) de cette fameuse affaire des « Boules de 1’Aveyron », nous ne nous attendions pas à rencontrer autant de témoins qui estimaient être porteurs d implants d'origine inconnue.

Nous avions fait la connaissance de Charles P. la veille avant de prendre le micro pour exposer brièvement son cas pendant la conférence de Budd Hopkins présenté par Jean-Luc Rivera et Marie-Thérèse De Brosses. Son intervention fut brève et ne sembla pas beaucoup retenir l'auditoire plutôt captivé par le programme en cours. Une investigation s'imposait.

Charles P. avait été plusieurs fois témoin de phénomènes de type Ovni et pensait même avoir été peut-être «abducté », c'est-à-dire: enlevé à son corps défendant et soumis à des interventions chirurgicales dont il portait encore des traces de cicatrices.

Michel G. avec ses dons de médium et de guérisseur se faisait fort de confirmer la présence de corps étrangers dont les témoins seraient victimes. C'est ainsi qu'il a pu détecter seulement à l'aide de ses mains, pas moins de cinq témoins « Ovni » porteurs d'implants d'origine inconnue. L'information s'est vite répandue parmi les visiteurs et les «clients » défilaient chacun leur tour au stand des Correspondants LDLN pour se faire « ausculter » par Michel.

Charles était l'un de ceux-ci, installé sur une chaise. Michel examinait la jambe gauche de Charles, et découvrait une trace de cicatrice sur le mollet.      ( DOC 10). En imposant ses mains, il déclare immédiatement déceler la présence d'un petit  objet comme un fil en forme de pointe d'hameçon,  certainement métallique. Nous nous demandions comment ce corps étranger avait pu être introduit dans sa jambe ? Michel répondit aussitôt qu'il avait la vision d'une sorte de seringue en forme de porte-mine qui aurait expulsé l'implant en sous-cutané. Les branches en « pointe d’hameçon » de l'objet se seraient ensuite écartées en se recourbant, l'empêchant ainsi de ressortir.

Charles nous montrait également une trace ronde de la taille d'une médaille ou d'une grosse pièce qu’il avait au milieu de la poitrine, dans le creux du sternum. Cet endroit lui est particulièrement sensible et ne supporte même pas une main posée dessus, même si elle est très douce. Il y a comme une boule au bout du sternum, et il est incapable de dire depuis combien de temps. C'est comme s'il l’avait toujours eue. Peut-être quand il avait 7 ou 8 ans et qu il a vu le « chariot de feu ».

Il nous faisait voir aussi la trace triangulaire qu'il avait au fond de la langue en tirant largement celle-ci.. La trace est en creux comme si on en avait enlevé une partie. Charles ne sait pas où ni quand ces interventions ont pu avoir lieu. Il nous a déclaré s’en être aperçu quand il se lavait les dents. Le dentifrice ne se déposait pas à cet endroit de la langue. Nous étions tous des observateurs autour de lui, très intrigués par ces traces de cicatrices d’origine inconnue.

C’est ce que nous allons étudier maintenant…

                                                         Précisions données par Charles :

«  Le bas de mon sternum a toujours été sensible,(DOC 11). Je ne supporte même pas une main posée dessus, même si elle est très douce. J’ai comme une boule au-dessus du sternum, je suis incapable de dire depuis combien de temps. C’est comme si je l’avais toujours eue. J’ai fait une régression hypnotique, il y a quelques années de cela ( j’en ai donné un compte rendu à Georges Metz, enquêteur LDLN), et j’ai vu que mes « visiteurs » m’avaient fait avaler une pastille métallique, grosse comme une pièce de 5 cents. En 1976, « ils » m’ont implanté quelque chose dans la jambe gauche, avec une seringue. Cet implant grossissait et l’emplacement devenait rose pendant quelques jours ( 3 environ), avant une « manifestation ». A l’emplacement dit du « 3ème œil », j’ai un un renflement qui se développe lorsque je me concentre sur des sujets ayant un rapport avec l’ésotérisme, l’ufologie. Cette manifestation est toujours présente aujourd’hui. Cela m’énerve, je dois le dire, car on me demande toujours ce « que j’ai au front ». Je réponds souvent que « c’est pour faire parler les curieux »…

Malgré tout, j’ai toujours bien supporté ces phénomènes. Mieux même :

Ils font partie de ma vie, et, je le reconnais, je serais un peu déçu si tout s’évanouissait. Depuis 1996-1997, je n’ai plus eu de manifestation,

( cela me manque un peu !). La dernière fut un prélèvement de langue. A part cela, tout va bien, et je me sens tout à fait « normal ». Mais où se situe la normalité ? »

(1)       Michel G. est le témoin de Seine et Marne qui m’accompagnait aux rencontres ufologiques de Châlons en Champagne., en octobre 2005.Sujet sensible psy, clairvoyant avec des dons de guérisseur. Jeune homme en 1961, il s’était trouvé devant la porte ouverte d’un OVNI posé près de la ferme où il habitait. Il a été sujet à de nombreux phénomènes de type OVNI et paranormaux RR3 et RR4., publiés dans LDLN N°379 , p. 35. Ces phénomènes continuent à se manifester en 2006, avec des apparitions d’entités, autour, et à l’intérieur même de sa maison, devant témoins.  G.M.

A noter que Charles nous a transmis des témoignages de personnes ayant rencontré des PAN dans le secteur où il demeure, ( la région de St. Valéry en Caux ). Note de G.D.

Au cours de sa vie active, Charles fut donc confronté à différentes situations qui, en dehors même de ses contacts avec les ovnis ou ses « trouvailles », dispositions et caractéristiques  qui ne sont pas le lot commun, le placèrent face à des expériences proprement invraisemblables. Et pourtant…..voici quelques exemples.

Vraiment, de drôles de clients ….

2000/2001 , au mois d'août je ne me souviens plus de l'année, un événement de plus, de moins, je n'ai pas noté. Je suis certain du mois Août .

Etant très peu dans le magasin dans la journée, juste le temps de faire mes stocks le matin et de décharger le camion l'après midi. Mon travail était le matin avant l'ouverture, pour la mise en place .

Pendant une semaine, lorsque je rentrai du MIN ( Marché d'intérêt National ),une dame arrivait en même temps que moi dans le magasin. Je n'ai jamais su comment elle arrivait, elle était là, entrant par la porte principale. Une dame très classe, habillée d'une robe et d'un chemisier blanc, l'ensemble un peu rétro mais chic. Cheveux mi-long, blonds, yeux clairs, bleus ou verts je ne me souviens plus. Dame assez grande : Im75 /Im80, mince .

Cette dame venait chercher deux fruits là où je me trouvai, pêche ou nectarine et me faisait parler en me posant une ou deux questions très courtes, sur le mode de culture des fruits , sur la nature en général. Elle était très aimable, souriante. Je pensais que c'était une cliente en vacances et qui appréciait ma méthode de travail. En 1999, jai reçu le diplôme d'honneur national "Très Nature " pour la qualité de mes fruits. Cela du mardi au vendredi ,quelle que soit mon heure d'arrivée, qui n'était jamais la même. Cette cliente, je ne la voyais jamais repartir, il faut dire que je n'y faisais pas très attention, je lui disais au revoir et puis elle s'en allait, où ? comment ? .

Le vendredi soir, cette dame m'adit "AU-REVOIR-MONSIEUR-P……." avec un grand sourire et d'une manière saccadée, je me suis dit : "cette cliente parle distinctement " . Au revoir madame .

Chaque matin de cette même semaine, je rencontrai un monsieur chez tous les commerçants chez qui j'allais faire mes courses. C'était un peu comme un rituel: libraire, boucher, boulanger. Ce monsieur, costume foncé, chemise blanche, cravate, tenue impeccable. Coiffé en arrière, cheveux bruns plaqués. Il était mince , Im65 env ,pas très grand. A chaque fois que je me retournais pour sortir du magasin, je me trouvais nez à nez avec lui, d'où venait-il ?  Cela chaque matin et, par trois fois, il se trouvait derrière moi.

Le samedi matin, je sors de chez le boulanger,1e dernier commerçant de mon "rituel", ce monsieur me dit avec un large sourire "AU-REVOIR –MONSIEUR-P…….. " , de la même manière que la dame de l'après midi, articulation saccadée, très distincte. Cela m'a surpris, m’a paru bizarre, cette façon de parler. Comment pouvait-il connaître mon nom ? Il n'y avait qu'à l'intérieur qu'il pouvait le lire, ou alors il me connaissait par personnes interposées : ce monsieur, je ne l'ai jamais vu dans le magasin. Je n'ai pu voir s'il achetait quelque chose, s'il faisait ses courses. Il arrivait toujours quand je repartais. Surpris et étonné, j'ai surveillé ce monsieur pour voir de quel côté il allait, et mémoriser la plaque minéralogique de sa voiture, s' il en avait eu une. Pas de monsieur, pas de voiture : fondu ? envolé ?  J'ai essayé de me renseigner auprès de services compétents, aucun renseignement. Si c'étaient des MIB, au moins ceux-là étaient très sympa, d'ailleurs, comme l'ont toujours été "mes visiteurs ".
Printemps été 1996

Un matin, vers 3 heures, j’étais dans ma caravane, ( la maison était en travaux). Je me suis réveillé et une force en moi me demandait de sortir.

Etant à l’époque habitué à ce genre de phénomène, je suis donc sorti. Au NORD-OUEST, à une hauteur angulaire de 40° env., j'ai vu une belle boule jaune orange au-dessus de la maison d'en face. Cette boule a clignoté plusieurs fois et est partie à une très grande vitesse, puis a disparu. Un coucou ? Un au revoir ?  Je ne sais pas. Il faut dire que pendant près de 20 ans, j'étais habitué à ce genre de chose. De fin 1995 , date à laquelle mon épouse est décédée, à l'année dernière (2006) , chaque matin, vers 3 heures, j'étais réveillé par la sonnerie du téléphone, mais personne au bout du fil. Le téléphone sonnait-il vraiment ? je le pense, mais je me pose quand même la question .

MES RAPPORTS AVEC LES OISEAUX, LES ANIMAUX.

Il y a quelques années de cela, je travaillais dans mon jardin. Un roitelet vient à mes pieds en piaillant et repartait en faisant l'oiseau blessé, sautillait sur une patte, une aile tombante, comme si elle était cassée. Le roitelet a fait ça plusieurs fois : 5/6 peut-être. Je croyais que j'étais à côté d'un nid et que je le dérangeais, mais là où je me trouvais, c'était impossible. Alors j'ai avancé doucement vers l'oiseau, il continuait son manège. Au bout de quelques mètres, j'ai vu ses petits qui s'étaient cachés sous les fines herbes qui se situaient sur une plate-bande et que le chat du voisin voulait attraper. J'ai chassé le chat, cela pendant près de 2 heures. Le roitelet s'est perché sur le toit de la maison et n'a plus bougé : il attendait que ses petits prennent leur envol. Ils y sont arrivés après bien des difficultés et moi, je n'ai rien fait de l'après-midi, si ce n'est que monter la garde, mais j'étais heureux, ça a été un moment formidable. Il m'est arrivé d'autres aventures avec les oiseaux, mais celle-ci est la plus belle.
AVEC LES CHIENS

 Mes voisins avaient un caniche abricot qui est mort en 2006. C'était une femelle.

Le couple ne s'entendait plus, le compagnon buvait et était violent. Quand il y avait"bagarre " chez eux, la chienne venait me trouver à la maison, me regardait, nous nous comprenions. A travers son regard, elle me demandait d'aller protéger sa maîtresse, il y avait une grande fusion entre eux. La chienne s'asseyait à l'entrée de la maison et restait un quart d'heure, vingt minutes, à me regarder et à tourner la tête vers chez elle. Je lui parlais et, voyant que je ne bougeais pas (ce n'était pas mes « oignons » ), elle partait toute triste et moi je l'étais un peu aussi de ne pouvoir l'aider. Un dimanche, je l'ai entendu aboyer à la mort : sa maîtresse appelait au secours. J'y suis allé avec mes enfants (adultes). Le compagnon, ivre, voulait l'étrangler. J'ai du l'attraper et le sortir manu militari. La voisine était pleine de coups, de marques d'étranglements: cela s'est terminé chez le docteur et à la gendarmerie. Le soir, la chienne est venue me voir et, à sa façon, m'a dit merci.

Chaque matin, dès qu'elle me voyait dans ma cour, elle venait me faire la fête, c'était sa manière de me dire bonjour,  et elle retournait chez elle aussitôt.
 
_________________
Merci de votre visite sur cette page

e-mail du forum: claude18121946@yahoo.com à très bientôt le webmaster


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Yahoo Messenger MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: Mar 16 Sep - 12:41 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les ovnis, secrets, mystères et réalités Index du Forum ->
Vidéos & témoignages
-> Archives
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SpaceSilver by Mojy, © 2003 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com