Les ovnis, secrets, mystères et réalités Index du Forum Les ovnis, secrets, mystères et réalités
tout ce que l on peux savoir sur les OVNIS , du monde extra-terrestre et paranormal, le 21/12/2012 etc .......
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Ce que vous pourrez voir sur le forum 
.....Bonjour Invité sur le forum OVNIS mystères,secrets et réalités..... tout ce que l'on peux savoir sur les OVNIS et du monde extra-terrestre ..... phénomènes paranormaux & surnaturel.....le 21/12/2012.....le triangle des Bermudes.....toute la vérité sur le 11 septembre 2001.....les infos du forum.....témoignages.....documents vidéos.....ETC.....MISE A JOUR TOUT LES JOURS.....si vous n'êtes pas encore membre, inscrivez-vous pour avoir l'accès à tout le forum.....merci.....
Disparitions mystérieuses, le cosmos nous observe ( 1ière partie )

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les ovnis, secrets, mystères et réalités Index du Forum ->
Le triangle des Bermudes / disparitions
-> Le vol AF 447 à disparu , il n'est pas le seul ( DOC & VIDEOS )
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
webmaster
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 490
Localisation: Dison ( Belgique )
Masculin Sagittaire (22nov-21déc)
Point(s): 675
Moyenne de points: 1,38

MessagePosté le: Ven 5 Juin - 17:50 (2009)    Sujet du message: Disparitions mystérieuses, le cosmos nous observe ( 1ière partie ) Répondre en citant

Y aurait-il un lien entre toutes ses disparitions               




Disparitions mystérieuses               




Le cosmos nous observe               




ABSORBES EN SILENCE               
  Nous avons vu combien, d'étranges nuages ont joué un rôle important dans les disparitions en série déquipages et de soldats en armes, sinon de milliers de personnes. Mais, faire intervenir des nuages insolites est bien plus indéfendable que de mettre en avant une trombe volage, malgré les faits et les circonstances qui les accompagnent. C'est exact. Cependant si le public ignore encore que le fantastique prend des formes pour le moins disparates et discrètes, les autorités militaires, elles, connaissent ce genre de manifestations pour les avoir observées à diverses reprises.   Si cela n'a pas été divulgué, c'est parce que les autorités militaires sont toujours muettes par le secret et que la moindres divulgation de nature à éclaircir le phénomène entraînerait des sanctions extrèmement sévères.

Le blach-out est total.             
Quoi qu'il en soit, des témoins, qu'il a été impossible de museler ou d'intimider, ont raporté de curieux récits d'où il ressort des faits indéniables : le ciel est, lui aussi, le théatre d'une activité clandestine que rien ne laisse apparemment soupçonner.Il découle de l'analyse qui va suivre de stupéfiantes constatations. Il suffit, pour s'en rendre compte, d'étudier d'un peu plus près les conditions dans lesquelles des avions sont portés " disparus ", se sont volatilisés dans le ciel ou se sont écrasés dans des circonstances énigmatiques. S'il a été possible de déterminer l'existance sur les mers de formes noires étranges, de submersibles inconnus que les Américains comme les Soviétiques s'efforcent d'identifier, on peut affirmer que le phénomène des disparitions en plein ciel ouvre des horizons encore plus vastes à cette enquête.  Le fantastique est partout, semble-t-il, dans les éléments qui composent notre environnement naturel...


DES NUAGES INQUIETANTS              
 
Un étrange nuage enveloppa le 5 ième régiment de Norfolk d'un brouillard qui l'absorba complètement....Une brume persistante escamota tour à tour deux équipages à bord d'une goélette....Ces faits nous amènent à ces brumes, à ces nuages où, parfois, les choses et les êtres se volatilisent comme les jouets d'un monstrueux tour de prestidigitations.En 1930, par exemple, un appariel qui transportait des hommes d'affaires pénétra dans un nuage sombre --- le seul qui parcourait le ciel. Des fermiers le virent brusquement en retomber, une aile en partie arrachée. Les réservoirs d'essence s'en détachèrent et tombèrent.Il n'y eut aucun éclair ni coup de tonnerre, et le drame c'est produit dans le silence. Comme la foudre ne peut pas arracher l'aile d'un avion, que c'est-il passé ?Tout laisse à penser que l'avion a rencontré un corps solide à l'intérieur du nuage sombre, l'a percuté, perdit une aile et ses réservoirs, et s'écrasa.Dans la revue scientifique " la Nature ", on relate une observation qui n'est pas sans rapports avec le nuage de Gallipoli bien que, dans la forme, il y ait des diférences notables....< C'était au Mans, au début de l'été 1941, déclare le témoin.La Luftwaffe avait occupé l'ancien aérodrome du Mans, au circuit de la Sarthe, et entretenait plusieurs groupes de Mersserschmitt 109, pas très rapides, mais excessivement maniables.Les pilotes allemands étaient en état d'alerte permanente et plusieurs fois, j'ai observé d'assez près à des envolées en groupes des Messerschmitt en plein jour, >< Il faisait un temps magnifique, un dimanche autant que je me souvienne, et vers 13 heures, le ciel très dégagé ne contenait que quelques gros cumulus, nuages d'ailleurs très écartés les uns des autres. Vers 13 heures, toute la ville entendit le vacarme des avions s'envolant en hâte et je pu voir la cause de l'alerte semblait être dans un des gros cumulus qui, a ce moment, survolait très lentement le terrain d'aviation. On pouvait voir les Mersserschmitt tournoyer comme affolés autour du nuage, piquer dedans à toute vitesse, en ressortir en chandelle ou de travers, et recommencer leurs manoeuvres, spectacle terriblement dangereux pour les pilotes. N'agissait-il d'un exercice ordonné par le commandant du camp ou d'une alerte ? Je ne l'ai jamais su, mais il était curieux d'observer les airs terrifiés des soldats et officiers allemands casernés en ville, qui suivaient le spectacle des fenêtres des maisons. >< Je pus alors observer que le nuage qui, à son arrivée, semblait avoir sa base vers 300 mètres et culminer vers 1000 mètres, se mit à bourgeonner et, quand il s'écarta sz l'aérodrome pour s'éloigner de la ville, il avait pris la forme d'une pyramide tres haute, à contours parfaitement nets et brillamment éclairés par le soleil; sa pointe très aiguë devait se trouver probablement vers 3000 mètres, d'après une hauteur visible sur l'horizon et sa place probable sur le terrain. Mon point d'observation était à 4 kilomètres du terrain d'aviation et le nuage était environ a 5 kilomètres quand j'observais son sommet. >Que conclure d'une telle observation, sinon que le comportement des Messerschmitt aurait été absurde si le nuage, par nature, ne présentait aucun danger. Enfin, les airs terrifiés des officiers a leurs fenêtres n'auraient eu aucun sens s'il s'était simplement agit d'un exercice.
<< Quelque chose >> dans le ciel, de colossal, environné d'une brume nuageuse, attira sur lui l'attention des aviateurs qui s'empressèrent d'aller voir de quoi il retournait, au risque de se rompre le cou dans des acrobaties périlleuses. Ils pénétrèrent à l'intérieur du nuage, mais superficiellement puiqu'ils en ressortirent aussitôt en chandelle ou de travers, comme s'ils avaient voulu éviter un objet solide, une collision....
Tout comme le nuage de Gallipoli, on retrouve ici un phénomène qui dépasse de très loin les propriétés de tout nuage classique : l'éclat du soleil se réfléchissait sur la surface, sur les contours de ce nuage en forme de pyramide, très précis, aux dimensions voisinant, dans le premier temps de l'observation, 700 mètres de hauteur....




Des nuages éclatants de lumières, aveuglants.... Des régiments entiers qui disparaissent....    
           
Bien des nuages lenticulaires ont été observés et photographiés. Certains y ont vu un phénomène naturel. D'autres les ont pris pour des << objets solides environnés de nuages >>. Toujours est-il que l'on conseille aux aviateurs de s'en éloigner....Non seulement il semble qu'il existe des nuages dont les caractéristiques ne sont pas mentionnées généralement, mais il en est qui auraient le pouvoir d'escamoter des appareils et leurs pilotes.En 1952, un aviateur américain faisait une courte reconnaissance sur la côte de Corée avec d'autres appareils. Il fit pénétrer son jet dans un nuage et plus personne ne revit ce pilote considéré comme un as de guerre.... Une aventure analogue se produisit en 1942, lorsque deux jeunes aviateurs, en simple mission de surveillance, prirent l'air en dirigeable pour patrouiller le long de la côte de Californie. Plus tard, deux pêcheurs apercurent l'appareil qui dérivait, la porte de la gondole ouverte. Il n'y avait plus personne à bord. Après enquête, on apprit que le dirigeable etait entièrement sorti au-dessus des nuages et avait été apperçu par un avion, puis il y était redescendu. Quatre navires l'avaient vu survoler une tâche d'huile suspecte et remonter brusquement dans les nuages. Vers quel inquiétant mystère la porte de la gondole s'était-elle ouverte ?Il est assez rare que l'on retrouve un appareil dont les passagers se sont évaporés. Mais ce fut le cas en août 1961 en Sibérie. Il ne parvint pas à l'une de ses étapes habituelles et, deux jours plus tard, on retrouva l'avion, posé au sol. Tout était en ordre à bord. Le réservoir contenait encore assez de carburant pour deux heures de vol et le moteur fonctionnait parfaitement. On ne retrouva aucune trace des quatres occupants. Mais, à une distance d'environ 100 mètres, on découvrit un grand cercle nettement défini, à l'intérieur duquel l'herbe était roussie et la terre enfoncée, comme si un énorme engin s'était posé là....

Des voitures liquéfiées....     
          
Cette affaire n'est pas sans rappeler l'enigme posée dans le désert de Mésopotamie le 24 juillet 1924.Ce jour-là, on retrouva l'avion du lieutenant pilote W.T.Day et l'officier pilote D.R.stewart, en parfait état de marche. Les traces des deux hommes s'éloignèrent de l appareil sur une distance de 36 mètres. Puis, les traces cessaient brusquement, comme celles de le famille Brooke qui avait abandinné sa voiture au bord d'une route.... Les recherchens se poursuivirent durant 4 jours, sans aucun résultat.Les faits sont assez clairs, en particulier dans ce désert où il n'y avait aucune chance pour ces deux hommes de survivre, << à moins d'avoir été pris en charge par un autre appareil >>.Mais les nuages, sont-ils encore à l'origine de la disparition de l'équipage de cette forteresse volante américaine du type B-17 ?On retrouva cette forteresse intacte en 1972. Sa disparition coïncida d'ailleurs étrangement avec celle de cette division japonaise : en Nouvelle-Guinée, et la même année, en 1943....Rien ne manquait a bord, comme sur la plupart des navires désertés en pleine mer. Le matériel etait encore en excellent état. On ne retrouva aucune trace de squelette. L'équipage aurait pu alors laisser derrière lui une piste quelconque. Il n'y en avait pas trace.Les mitrailleuses etaient encore chargées, les bombes étaient a leur place et les bouteilles Thermos étaient encore pleines.Une épaisse couche de nuages gêna la navigation d'un chasseur bombardier F-111 de l'U.S.Air Force, en janvier 1971, qui volait vers Mobile ( Alabama ).
Au-dessus de la Louisiane, à l'est de Grand Isle, le pilote pénétra en effet dans une formation nuageuse. Il demanda alors au contrôle régional de Houston dans le Texas, l'autorisation de prendre de l'altitude. Après être sorti des nuages, tout s'annonçait bien. Le pilote déclara qu'il volerait à vue, la visibilité était parfaite. On n'en entendit plus jamais parler.



Des avions qui se volatilisent....  
            
Une couche nuageuse fut aussi à l'origine de la disparition d'un appareil, en juillet 1957, au-dessus de la région comprise entre Venise et Padoue.Cette fois-ci, le pilote avait demandé à descendre de 11000 à 5000 pieds. L'autorisation lui fut accordée. Non seulement le pilote n'envoya plus d'appel, mais on n'en retrouva aucune trace.On est tenté de dire aussitôt, malgré les faits qu'un avion na sa volitilise pas ainsi ! Lors d'un accident, d'une catastrophe aérienne, on perd les traces de l'appareil sur l'écran des radars. Les recherches s'organisent et, tôt ou tard, on retrouve les débris sur le flanc d'une montagne. Si la catastrophe a lieu au-dessus de la mer, des débrits flottent toujours, un message de detresse est toujours lancé par le pilote. Les circonstances varient selon les cas. Malgré, presque toujours, on parvient à situer le zone où git la carcasse de l'appareil.Seulement, il y a encore beaucoup trop d'appareils qui se volatilisent purement et simplement, aussi bien au-dessus de régions habitées qu'au-dessus des flots.Les circonstances dns lesquelles ils disparaissent : silence de la radio, absence de débrits, nous font irrésistiblement penser aus disparitions de navires avec leurs passagers. Est-ce à dire que le même phénomène en est à l'origine ?


LES RADIOS RESTENT MUETTES   
           
Des avions qui se volatilisent.... Ce fut aussi le cas du Superconstellation de la marine américaine qui, un beau jour, ne donna plus de ses nouvelles au-dessus de l'Atlantique, sur le chemin menant de la côte américaine aux Acores. Sinon celui d'un monomoteur qui, le 4 août 1951, se volatilisa au-dessus de l'Alaska, le long du trajet d'une soixantaine de kilomètres seulement qu'il devait parcourur, et sans envoyer le moindre message....Comment des radios peuvent-elles demeurer ainsi muettes ? C'est sur ce point que réside l'un des principaux mystères dont s'entourent les disparitions et certains accidents d'avion. Mais, n'avons nous pas déjà relevé de tels faits à propos des disparitions de navires et d'équipages ?   Un cas similaire où la durée du vol était brève se produisit dans la cordilière des Andes, en avril 1958. L'avion était rester en contact avec le sol durant quarante-cinq minutes; or, le vol ne durait qu'une heure. Que c est-il passé pendant le dernier quart d'heure, qui musela la radio de bord ? Ce fut aussi le cas du Lancastrian Star Dust qui, le 2 août 1947, disparut au-dessus des Andes. Quelques minutes seulement avant d'atterrir à Santiago du Chili, le pilote annonça une << bonne arrivée >>. A la fin du message, on entendit une autre voix prononcer, en résonnant fortement et clairement, très rapidement et par deux fois, le mot " s t e n d e c ". On ne retrouvera pas la moindre trace de l appareil.   Dans cet ordre, le cas de la Caravelle qui se volatisa en mars 1973 juste avant d'atterrir sur l'aéroport de Madère mérite d'être souligné. Elle était si près d'atterrir que des passagers qui l'attendaient la virent très nettement virer dans la ciel, tandis que le pilote établissait son dernier contact avec la tour de contrôle. Puis plus rien. Deux remorqueurs envoyés sur les lieux--- pourtant bien établis --- ne retrouvèrent aucune trace....   Il arrive que l'on puisse évoquer le mauvais temps pour expliquer l'origine de ces drames, comme ce fut le cas pour ce DC-3 colombien qui disparut aux environs de Boston, juste après le décollage. On n'en retrouvera pourtant aucune trace.   Les hypothèses sont nombreuses dans ce genre d'affaires mystérieuses, et c'est un petit jeu auquel les enquêteurs officiels sont voués. Lorsque deux médecins disparurent à bord de leur avion de tourisme, en avril 1968, à proximité de l'Albanie, on en déduisit qu'ils étaient prisonniers. Lorsque un avion de l'armée de l'Air américaine disparut en janvier 1964 au-dessus de l'Allemangne de l'Est, les radars avaient capté les échos de deux objets suspects qui l'escortaient et l'on émit l'hypothèse qu'il avait été abattu par des chassuers soviétiques. Hypothèses politiques ou militaires, tout dépendrait de la région survolée ....

   Mais l'insuffisance de tels arguments est flagrande lorsqu'on souligne cette absence de message de détresse. Dans n'importe quel élément, semble-t-il, des batiments s'évaporent sans pouvoir indiquer quelle a été l'origine du drame.

   Ce fut aussi le cas d'un Nord 262 qui transportait 30 passagers d'Alger à Minorque, le 31 décembre 1971. Une heure après avoir décollé, le pilote parvint à lancer un message de détresse, mais ce fut son dernier appel. Malgré les recherches entreprises qui occupèrent des avions et des vedettes algériennes, on ne retrouvera pas le moindre debris.... On peut faire entrer en ligne de compte la tempête qui sévissait au même moment au sud des Baléares, mais elle ne pouvait empêcher le pilote d'agir en conséquence.

   Fin juin 1951, des avions français de Dakar, des forteresses volantes américaines des Açores, des appareils britaniques, des hydravions portuguais, des navires côtiers et les tribus de Gambie, de Sierra Leone et de la Côte d'Or, recherchèrent en vain le Constellation Johannesbourg - New York et ses 40 accupants.....
   Un quart d'heure avant d'atterrir, le pilote avait demandé des instructions pour se poser. Ce fut son dernier message ....
   La plupart des pilotes de ces appareils disparus ne signalèrent rien de particulier avant le drame, les conditions de vol ne posant aucun problème. N'est-ce pas cela le plus incomprhensible? Le phénomène qui se produit et provoque ces disparitions doit bien être d'une rapidité effarante.
   Nous le constatons à nouveau avec le cas du Douglas 4 de San Juan, à Porto Rico, qui, le 28 décembre 1948, mit le cap sur Miami avec 32 passagers à bord. Alors que le pilote pouvait déjà voir les lumières de Key West --- il était 4 h 13 ---, il envoya un message de routine : << Nous nous rapprochons de l'aéroport. Demande l'autorisation d'atterrir....>>

   Quelques secondes plus tard, la radio s'interrompit, le contact fut rompu totalement, et l'appareil n'atterrit jamais à Key West. On n'en retrouvera pas la moindre trace.

   L'accumulation de tels faits incontestables, ne nous fait-elle pas pénétrer dans un univers de cauchemard ? Personne n'est en mesure de dire ce qui a absorbé ainsi autant d'appareils.

   Mais le plus fantastique est de contater que quelques jours plus tard, le 17 janvier 1949, l'"Ariel", un avion de transport, decolla des Bermudes et, lui aussi, se volatilisa par beau temps! Après cinq heures et quinze minutes de vol, l'avion devait atterrir sur l'ile de la Jamaïque. La tour de Kingstone ne reçut jamais son appel. Après cette disparition, on observa un << feux étrance >> sur la mer. Une forte escadre américaine qui croisait dans les parages tenta vainement de retrouver des débris de l'avion.
   Deux porte-avions américains et six vedettes lance-torpilles partirent aussitôt à sa recherche, sillonnant la mer au nord de Cuba. Puis, un croiseur et quatre vedettes lance-torpilles patrouillèrent au sud de l'île. On en retrouva aucune trace....

   Lors des disparitions mystérieuses de navires, nous avons mis en relief des observations de témoins que les enquêteurs n'avaient pas jugé bon de retenir?
   Des formes noires sur la mer.... Rien ne prouve que les disparitions d'avions ne sont pas accompagnées de faits insolites, et la succession de disparitions que nous venons de relater, sur la côte Est des Etats-Unis, nous engage dans cette recherche.

La disparition d'Amélia Earhardt, surnomée la << Girl Lindbergh >>, est entourée de circonstances toutes aussi insolites.
Elle venait de parcourir 37000 kilomètres à bord d'un avion " Lockheed Electra ", et tentait un bond de 4200 kilomètres : Nouvelle-Guinée - Howland; Howland est une petite île perdue dans le Pacifique, dans l'archipel des Gilbert.
Brusquement, alors qu'elle était perdue dans la brume, è plus de 100 kilomètres de son but, elle émit des messages de détresses, en juillet 1937.
Une escadre entière partit de Pearl Harbor et se lança à sa recherche. De nouveaux messages furent captés, mais, sans cause explicable, les ondes étaient brouillées.
Il y avait donc une seconde onde émettrice, mais d'où et de quel bâtiment pouvait-elle provenir ? Une certitude, cependant : les aviateurs perdus étaient toujours vivants.
On parvint à situer approximativement la source des appels. Mais un vapeur, le " Moaby ", qui se trouvait sur place, ne découvrit rien.
L'Electra était bien équipé du point de vue radio et on ne comprenait pas très bien ce qui pouvait empêcher la << Girl Lindbergh >> de donner des précisions.
Un navire de recherches, l'Istaca, signala des fusées orangées dans le ciel???? Soulzagement général. Il ne pouvais s'agir que des naufragés. Malgré la brume orageuse qui pesait sur les vagues, les fusées éclataient toujours et redonnaitent de l'espoir aux sauveteurs. Elles éclairaient à une trentaine de mètres de haut. Mais au fur et a mesure que les navires s'en approchaient, les fusées semblaient provenir de plus loin, et ainsi de suite....
Personne ne comprit pourquoi les fusées pouvaient prendre ainsi leurs distances. Quelle était donc cette autre source émettrice qui brouillait les ondes radio ? Avait-elle un rapport avec ces étranges fusées orangées qui montèrent dans le ciel et la disparition de la << Girl Lindbergh >> ?
Les recherches avaient pris une envergure formidable. Elles coûtèrent 250 000 dollars par jour et, malgré cela, on ne retrouva pas la moindre trace du Lockheed Electra et des pilotes.
Mais il ressort un fait révélateur : Amélia Earhardt fit des efforts désespérés pour communiquer par radio avec les sauveteurs et ses messages étaient brouillés par une source inconnue qui doit avoir un rapport avec la façon dont d'innonbrables avions disparurent sans pouvoir lancer le moindre appel. S i elle réussit tout de même à se faire plus ou moins entendre, bien que brièvement, c'est certainement grâce au matériel radio très perfectionné dont elle disposait et qui constituait en soi un véritable petit laboratoire volant.
Une brume orageuse assez étrange .....



SUITE A LA DEUXIEME PARTIE

_________________
Merci de votre visite sur cette page

e-mail du forum: claude18121946@yahoo.com à très bientôt le webmaster


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Yahoo Messenger MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: Ven 5 Juin - 17:50 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les ovnis, secrets, mystères et réalités Index du Forum ->
Le triangle des Bermudes / disparitions
-> Le vol AF 447 à disparu , il n'est pas le seul ( DOC & VIDEOS )
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SpaceSilver by Mojy, © 2003 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com